Catégories
Eclairage

Quel rôle l’éclairage peut-il jouer dans les couvre-feux?

C’est un fait: le monde a pratiquement dû fermer ses portes pour lutter contre la propagation du COVID-19. Alors que personne ne peut contester les raisons, l’impact économique à long terme de cette mesure entrainera davantage de conséquences négatives sur notre société et ses populations

Bien sûr, idéalement, un problème enraciné dans une infime minorité de la population n’entraverait pas les actions de la majorité; mais la triste réalité est que nous n’avons tout simplement pas les moyens, la technologie ou le temps pour une alternative.

Dans cet esprit, nous avons eu la chance de poser quelques questions au Directeur Commercial d’GHM-Eclatec; David Lelievre, sur l’impact de l’épidémie sur le secteur de l’éclairage et le rôle que l’éclairage urbain peut jouer à l’avenir.

Quel est l’impact de cette crise dans votre secteur d’activité et quels en seront les conséquences?

Aujourd’hui, nous avons 2 activités : Eclatec pour les luminaires principalement et GHM pour les mâts et le mobilier urbain. Concernant GHM, nous avons actuellement une petite production en mode dégradé. Les contraintes du marché sont floues et nous avons, de surcroît, nos sous-traitants à l’arrêt. Pour Eclatec, nous sommes actuellement en chômage partiel mais nous travaillons pour mettre en place une production dégradée sur la base du volontariat. D’un point de vue plus général, nous aurons, comme beaucoup d’entreprises, des
conséquences économiques significatives et il y aura un décalage conséquent des marchés sur lesquels nous intervenons.

Aujourd’hui il n’existe essentiellement que 2 villes smart en France ou en passe de le devenir

Pensez-vous que la situation actuelle incitera les entreprises à proposer de nouvelles solutions ?

Sur le sujet de la crise sanitaire, nous pourrions travailler avec des systèmes d’alertes liées à nos installations pour informer les citoyens en temps réel. Cela fait déjà quelques années que nous travaillons tous au déploiement d’innovations smart. Des solutions existent mais la demande est plutôt concentrée sur les économies d’énergie. Cela se matérialise par une économie sur la facture énergétique en relation avec l’éclairage public et par une économie sur la maintenance préventive grâce à la télémaintenance. La dynamique autour du smart ouvre des perspectives importantes pour développer certains marchés c’est certain, mais aujourd’hui il n’existe essentiellement que 2 villes smart en France ou en passe de le devenir : Angers et Dijon. Un développement plus marqué de la Smart City ou du Smart Lightning passera d’abord par une organisation (centralisée) des services dans les collectivités.

Comment la ville et les territoires de demain pourraient-t-ils limiter l’impact des différentes crises sur la vie sociale et économique ?

Si l’on raisonne sur ce qui se passe en ce moment, nous pourrions agir sur ce qui se fait avec les couvre feux ; ex. :quand un usager sort de son domicile dans le créneau non autorisé, si celui-ci a son téléphone avec lui, il pourrait être détecté par les luminaires et une application pourrait lui envoyer un message de rappel du couvre-feu sur son smartphone.

…quand un usager sort de son domicile dans le créneau non autorisé, si celui-ci a son téléphone avec lui, il pourrait être détecté par les luminaires

Quels sont les facteurs qui permettraient d’accélérer l’adoption des solutions smart dans nos villes?

Le nerf de la guerre c’est les budgets. Un accompagnement des communes, par des subventions, pour s’équiper de solutions numériques, innovantes permettrait d’accélérer ces déploiements. Notons que le développement des intercommunalités avec le transfert des compétences est un premier pas dans la direction du rassemblement des services préalable à la mise en place d’une « smartcity ».

Est-il important d’aborder ce type de problématique sur Innopolis Expo?

Il faut accélérer les informations au service du citoyen. La chose que je souhaite, c’est que cette crise nous aide à réfléchir et que les décideurs trouvent de nouveaux modèles économiques y compris sur les circuits d’approvisionnements.

Quel serait votre message sur un salon comme Innopolis Expo?

Le message est : accompagnons les intentions de projets. L’expression des besoins permettra d’identifier les réponses existantes éventuelles pour assurer certains acteurs et de travailler dans en ce sens. L’offre est là, il faut la déployer.

Que Pensez-Vous ?

Pouvez-vous comprendre les impacts de GHM-Eclatec ? Y a-t-il d’autres façons dont l’éclairage urbain peut contribuer à la société ? Faites le nous savoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *