Catégories
Actualités

L’interview de Luc Bouard, Secrétaire Général de l’Association Villes de France et maire de la Roche-sur-Yon.

Interview disponible bientôt…

Catégories
Actualités

Yann Arthus Bertrand à Innopolis Expo – « Vue du Coeur »

Yann Arthus-Bertrand lors de sa vidéoconférence à Innopolis Expo 2021, nous fait un comeback sur son parcours de vie en nous parlant de son évolution et celle de l’humanité au travers de toutes ses expériences.

Au cours de ses différents projets il parle et montre à sa manière les sujets comme le réchauffement climatique, la hausse de la population sur la Terre et les divers problèmes qui sont apparus au cours de sa vie avec tous les impacts sur l’environnement.

Son message final est d’aider les gens à se transformer notamment en manger bio et en évitant la viande industrielle. Tout au long de sa présentation, il nous présente ses films et photographies qu’il a fait et prit tout long de ces années afin de nous montrer à quel point tous les humains se ressemblent et la terre sous différentes formes avec différentes prises de vue afin de nous montrer la beauté de notre planète et de ses être vivants.

Vous pouvez regarder le replay complet ici

Qui est Yann Arthus Bertrand?

Vous pouvez retrouver tous ses films sur Youtube en version gratuite comme :

  • Human
  • Woman
  • Legacy

De photographe animalier dans la réserve nationale de Masaï–Mara, au Kenya, à la création de la Fondation GoodPlanet, Yann Arthus-Bertrand partage avec vous pendant une heure son parcours et les raisons de son engagement au service de l’homme et de la biodiversité.

Ses débuts : En 1976, âgé de 30 ans, il part avec son épouse Anne vivre au Kenya dans le parc national Massaï Mara pour étudier le comportement d’une famille de lions qu’il photographie chaque jour pendant trois ans. Parallèlement, il est pilote de montgolfière. C’est à ce moment qu’il découvre la terre vue du ciel et qu’il s’initie à la photographie aérienne.

La photographie :

En 1981, de retour en France, il publie le livre de photos Lions en 1983 et devient journaliste, reporter, photographe international spécialisé dans les grands reportages d’aventure, de sport, de nature, d’animaux et dans la photographie aérienne pour National Geographic, Figaro Magazine, Paris Match et Géo. Il réalise également un reportage sur Dian Fossey et ses gorilles des montagnes au Rwanda. En 1994, avec le parrainage de l’Unesco, Yann Arthus-Bertrand entreprend de faire l’inventaire des plus beaux paysages du monde vus du ciel. Ce projet, intitulé “La Terre vue du ciel”, a comme credo : « Témoigner de la beauté du monde et tenter de protéger la Terre ».

Le “Coeur de Voh” en Nouvelle-Calédonie apparaît en couverture de “La Terre vue du ciel”

Dans les années 2000, aucun musée ne voulant exposer ses photographies, il invite les expositions de photographies dans la rue. La première, installée notamment sur les grilles du jardin du Luxembourg à Paris, ainsi qu’à Lyon, Rouen et Montréal, a été vue depuis dans une centaine de pays par plus de 200 millions de visiteurs.

Animateur :

De 2006 à 2011, Yann Arthus-Bertrand anime “Vu du ciel”, une émission de télévision sur France 2 consacrée à l’environnement. Elle est diffusée dans 49 pays.

Ecologiste :

En 2005, il crée la fondation reconnue d’utilité publique GoodPlanet et met en place Action carbone, un programme destiné à compenser les émissions de gaz à effet de serre engendrées par ses propres activités photographiques aériennes. Ce programme s’est ensuite étendu pour accompagner le public et les entreprises dans la réduction de leur impact sur le climat en finançant des projets sur les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et la lutte contre la déforestation. La fondation GoodPlanet a pour mission de sensibiliser et éduquer le public à la protection de l’environnement. Elle incite à un mode de vie plus respectueux de la Terre et de ses habitants. Elle propose des solutions réalistes et optimistes et encourage chaque individu à s’engager pour la planète en s’appuyant sur une série de programmes pour « mettre l’écologie au cœur des consciences ».

Les quatre axes développés sont :

Sensibiliser au travers des images : Incitant chacun à préserver l’environnement et à s’ouvrir aux autres, la Fondation GoodPlanet propose des expositions invitant le public à découvrir la beauté et les richesses de la nature, à écouter et partager les témoignages des Hommes.

Yann Arthus-Bertrand y développe le projet “7 milliards d’Autres” dont le principe est d’aller à la rencontre des 7 milliards d’habitants de la planète et recueillir leurs témoignages. À ce jour plus de 6000 témoignages ont été filmés dans 84 pays.

Yann Arthus-Bertrand est le premier à investir la rue pour y exposer gratuitement ses photographies issues de son projet “La Terre vue du ciel”, comme en 2009 au Pavillon Populaire et sur l’esplanade Charles de Gaulle à Montpellier.

Informer le grand public sur l’environnement et ses enjeux :

Pour comprendre les différents sujets du développement durable et s’en saisir, à travers un site Internet, GoodPlanet.info, et une collection de livres.

Eduquer au développement durable :

Pour sensibiliser sur les problématiques liées au développement durable à l’aide de posters par exemple.

L’engagement contre le changement climatique et le développement des pays de Sud :

Pour inciter chacun à son échelle, entreprise, collectivité et particulier, à agir pour réduire son empreinte carbone, à soutenir des projets à impacts socio-

environnementaux, et contribuer à l’amélioration de la scolarisation des enfants, notamment dans les pays du Sud (Programmes Action Carbone Solidaire).

En 2012, la Fondation GoodPlanet a lancé un programme de sensibilisation sur le thème des Océans. Avec un site Internet, un livre L’Homme et la mer, des expositions, il invite à mieux connaître les dessous de la « planète bleue » et les enjeux de préservation des écosystèmes marins.

Selon Yann Arthus-Bertrand “seule la décroissance sauvera la planète”.

Réalisateur :

A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement en 2009, son premier long métrage “Home” produit par Luc Besson à été dévoilé et diffusé en version 90 minutes puis en version longue sur le Champs de Mars à Paris. Disponible en version gratuite sur Youtube.

Il se veut un état des lieux de la planète et de l’attitude que l’humanité doit adopter pour y faire face. Ce film a été vu par près de 600 millions de personnes dans plus d’une centaine de pays. Le journal Le Monde parle d’un « envol réussi » pour le lancement du film.

En 2011, Yann Arthus-Bertrand a réalisé deux films courts pour les Nations-Unies, le premier pour l’année internationale des forêts et le second sur la désertification, tous deux projetés lors des assemblées générales.

Cette même année, il crée Hope Production, société à but non lucratif. C’est au sein de cette société de production qu’il a réalisé avec Thierry Piantanida et Baptiste Rouget-Luchaire le film La Soif du monde, projeté en avant-première au 6e forum mondial de l’eau et diffusé en première partie de soirée à la télévision le 20 mars 2012. Toujours au sein de Hope Production, Yann a réalisé avec Michael Pitiot le film Planète Océan qui a été présenté en avant-première en juin 2012 à Rio+20, lors du sommet mondial de l’Environnement des Nations unies. En 2015, Yann a réalisé avec Michael Pitiot et Yazid Tizi, “L’Algérie vue du ciel” diffusé sur France 2. La même année, il réalise “Human” sur lequel il a travaillé pendant près de 3 ans.

Human est un documentaire regroupant un ensemble de témoignages de personnes réparties sur l’ensemble de la planète Terre sur des situations de vie. Le réalisateur s’est appuyé sur des interviews de plus de 2 000 personnes dans 65 pays. Lors du montage, 110

interviews ont été choisies. Les thèmes abordés sont entre autres l’amour, l’agriculture, l’homosexualité ou l’immigration. Parmi les personnes interviewées, figurent parfois des personnalités célèbres comme Bill Gates, Ban Ki-moon ou l’ex-président uruguayen José Mujica, seul ce dernier figure dans le montage pour la télévision. On y retrouve aussi le témoignage du nageur handisport Philippe Croizon. Autres témoignages : ceux de l’actrice américaine Cameron Diaz, et de la romancière française Frédérique Hébrard.

Fin 2015, Yann Arthus-Bertrand et Michael Pitiot signent un nouveau documentaire intitulé TERRA également diffusé sur France 2.

La participation de mécènes pour le financement des films produits permet que ces derniers soient mis à disposition gratuite des ONG, des associations et des écoles dans le cadre de programmes d’éducation à l’environnement. En 2016, Yann commence un nouveau projet de film intitulé “Woman” qu’il co-réalise avec Anastasia Mikova. Ce film sort en 2019.

En janvier 2021, son film Legacy, notre héritage est diffusé sur la chaîne M6 dans le cadre de la « Semaine Green » de la chaîne. Ce film qui rappelle la réalité de l’urgence climatique, de l’effondrement de la biodiversité, de l’épuisement des ressources, est refusé par France Télévisions (qui diffuse ses films habituellement), ainsi que par ses concurrents; « Ce film a été refusé par toutes les chaînes (autres que M6), parce que jugé trop pessimiste ».

Catégories
Actualités

Innopolis Expo, retour sur 2 jours d’émulation pour préparer la ville de demain

Les 21 et 22 septembre à l’espace Champerret, tous les acteurs du changement des villes et des territoires ont pu partager leurs retours d’expériences et participer à 2 jours de tables rondes et de rencontres pour co-construire dès aujourd’hui des territoires plus démocratiques, intelligents, durables et résilients. Pour cette première édition, 2 480 porteurs de projets ont été accueillis, preuve que les enjeux des villes et territoires sont réellement au cœur des préoccupations actuelles.

Une première édition couronnée de succès qui a tenu ses promesses

Selon, Laurence Vannin, titulaire de la chaire Smart City, philosophie et éthique à l’Université Côte d’Azur, la pandémie a accéléré l’urgence de repenser la ville de demain. En se positionnant comme l’un des premiers salons pour préparer la reprise, Innopolis Expo a permis à tous les acteurs des territoires de se rassembler pour préparer le monde d’après.

Avec 2 480 participants présents, 112 exposants et plus de 180 conférenciers, pour cette première, le salon a pu réunir des acteurs de tous horizons pour penser dès à présent la ville du futur.

En arrivant après la crise sanitaire, ce salon a permis d’insuffler la dynamique que beaucoup de porteurs de projets et d’élus attendaient pour bâtir des territoires plus durables et résilients. Nous avons senti de bonnes synergies entre les participants et une vraie envie de se retrouver pour aller de l’avant. Nous espérons qu’un maximum de projets va pouvoir se concrétiser grâce à ce salon.

Lionel Leone, Directeur du Salon

Pour des territoires plus inclusifs

De nombreux intervenants ont mis en avant la nécessité de repenser les territoires à l’aune des nouveaux modes d’organisation du travail qui oscillent entre présentiel et distanciel. Le numérique est devenu le nerf
de la guerre, alerte Jean-Michel Morer, référent numérique de l’Association des Petites Villes de France et maire de Trilport, “sans, vous n’existez plus, même comme citoyen », poursuit-il.

Face à l’afflux de télétravailleurs venant délocaliser une partie de leur activité en dehors des villes, Hervé Rasclard, délégué général d’Infranum souligne que les infrastructures télécoms sont devenues
essentielles. Il estime qu’il est crucial de développer des territoires connectés et durables, en collaboration avec l’État, les collectivités et les industriels. De plus, comme l’indique Luc Bouard, maire de La Roche-surYon et secrétaire général de Villes de France, les villes moyennes ont beaucoup à apprendre les unes des autres, elles font le lien entre métropoles et ruralité. Ainsi, pour faire jeu égal avec les métropoles, il estime que le numérique représente un atout qui permet de repenser le territoire comme n’importe quel territoire
urbain.

… et plus durable

La question écologique a également tenu une place centrale lors de ce salon. Yann Arthus Bertrand, président de la fondation Good Planet, a ainsi pu témoigner sur l’urgence de repenser la ville d’aujourd’hui afin que nous puissions réduire notre empreinte carbone collectivement et individuellement. Cette question du réchauffement climatique a aussi été abordée par l’ONG Green Cross le temps d’une conférence sur l’économie régénérative.

La question climatique est sans aucun doute le plus gros challenge que nous allons devoir affronter pour les décennies à venir. Nous devons reconsidérer nos villes et revitaliser nos ensembles urbains pour les rendre plus résilients et adaptés afin
de relever ce défi du siècle. C’est pourquoi, nous nous sommes entourés de partenaires et d’intervenants comme Green Cross France et Yann Arthus Bertrand, pour poser les premières pierres de la ville de demain et montrer la voie aux générations futures.


Poursuit Lionel Leone, directeur du salon Innopolis Expo

Des startups porteuses d’innovation démocratique

Le salon Innopolis Expo a notamment été marqué par une série de pitchs sur le thème « Faire et vivre la ville et les territoires ». Plusieurs start-up ont ainsi présenté des solutions pour renforcer le lien entre élus et citoyens.

  • La plateforme “Bien dit” développée par Politizr permet par exemple de renouer avec le lien de confiance entre la collectivité et ses habitants grâce à un dialogue constructif favorisé par le numérique.
  • Citizenlab, quant à elle, propose une solution pour faire participer les citoyens à la prise de décision publique grâce à des outils numériques pour mobiliser plus largement les administrés.
  • Dans cette même veine, l’on peut également citer l’outil de consultation numérique Qucit Confort qui permet de mener des sondages urbains.

Un programme tourné vers le continent Africain

Enfin, continent dynamique et plein de promesses, Innopolis Expo a fait le choix de dédier une programmation centrée sur le continent Africain. Tandis que cette région du globe est celle qui produit le
moins de CO2 au monde, elle sera parmi les plus impactée par le réchauffement climatique. Les pays Africains ne pourront pas miser sur les énergies fossiles pour poursuivre leur développement, ils vont devoir trouver des solutions innovantes pour envisager une croissance sur le long terme. Ainsi, des solutions novatrices comme des capteurs de brouillards pour récolter l’eau en suspension et des projets de
construction immobilières durables ont pu être présentées lors du salon, pour relever les défis de demain.

fr_FR