Catégories
Actualités

Innopolis Expo, retour sur 2 jours d’émulation pour préparer la ville de demain

Les 21 et 22 septembre à l’espace Champerret, tous les acteurs du changement des villes et des territoires ont pu partager leurs retours d’expériences et participer à 2 jours de tables rondes et de rencontres pour co-construire dès aujourd’hui des territoires plus démocratiques, intelligents, durables et résilients. Pour cette première édition, 2 480 porteurs de projets ont été accueillis, preuve que les enjeux des villes et territoires sont réellement au cœur des préoccupations actuelles.

Une première édition couronnée de succès qui a tenu ses promesses

Selon, Laurence Vannin, titulaire de la chaire Smart City, philosophie et éthique à l’Université Côte d’Azur, la pandémie a accéléré l’urgence de repenser la ville de demain. En se positionnant comme l’un des premiers salons pour préparer la reprise, Innopolis Expo a permis à tous les acteurs des territoires de se rassembler pour préparer le monde d’après.

Avec 2 480 participants présents, 112 exposants et plus de 180 conférenciers, pour cette première, le salon a pu réunir des acteurs de tous horizons pour penser dès à présent la ville du futur.

En arrivant après la crise sanitaire, ce salon a permis d’insuffler la dynamique que beaucoup de porteurs de projets et d’élus attendaient pour bâtir des territoires plus durables et résilients. Nous avons senti de bonnes synergies entre les participants et une vraie envie de se retrouver pour aller de l’avant. Nous espérons qu’un maximum de projets va pouvoir se concrétiser grâce à ce salon.

Lionel Leone, Directeur du Salon

Pour des territoires plus inclusifs

De nombreux intervenants ont mis en avant la nécessité de repenser les territoires à l’aune des nouveaux modes d’organisation du travail qui oscillent entre présentiel et distanciel. Le numérique est devenu le nerf
de la guerre, alerte Jean-Michel Morer, référent numérique de l’Association des Petites Villes de France et maire de Trilport, “sans, vous n’existez plus, même comme citoyen », poursuit-il.

Face à l’afflux de télétravailleurs venant délocaliser une partie de leur activité en dehors des villes, Hervé Rasclard, délégué général d’Infranum souligne que les infrastructures télécoms sont devenues
essentielles. Il estime qu’il est crucial de développer des territoires connectés et durables, en collaboration avec l’État, les collectivités et les industriels. De plus, comme l’indique Luc Bouard, maire de La Roche-surYon et secrétaire général de Villes de France, les villes moyennes ont beaucoup à apprendre les unes des autres, elles font le lien entre métropoles et ruralité. Ainsi, pour faire jeu égal avec les métropoles, il estime que le numérique représente un atout qui permet de repenser le territoire comme n’importe quel territoire
urbain.

… et plus durable

La question écologique a également tenu une place centrale lors de ce salon. Yann Arthus Bertrand, président de la fondation Good Planet, a ainsi pu témoigner sur l’urgence de repenser la ville d’aujourd’hui afin que nous puissions réduire notre empreinte carbone collectivement et individuellement. Cette question du réchauffement climatique a aussi été abordée par l’ONG Green Cross le temps d’une conférence sur l’économie régénérative.

La question climatique est sans aucun doute le plus gros challenge que nous allons devoir affronter pour les décennies à venir. Nous devons reconsidérer nos villes et revitaliser nos ensembles urbains pour les rendre plus résilients et adaptés afin
de relever ce défi du siècle. C’est pourquoi, nous nous sommes entourés de partenaires et d’intervenants comme Green Cross France et Yann Arthus Bertrand, pour poser les premières pierres de la ville de demain et montrer la voie aux générations futures.


Poursuit Lionel Leone, directeur du salon Innopolis Expo

Des startups porteuses d’innovation démocratique

Le salon Innopolis Expo a notamment été marqué par une série de pitchs sur le thème « Faire et vivre la ville et les territoires ». Plusieurs start-up ont ainsi présenté des solutions pour renforcer le lien entre élus et citoyens.

  • La plateforme “Bien dit” développée par Politizr permet par exemple de renouer avec le lien de confiance entre la collectivité et ses habitants grâce à un dialogue constructif favorisé par le numérique.
  • Citizenlab, quant à elle, propose une solution pour faire participer les citoyens à la prise de décision publique grâce à des outils numériques pour mobiliser plus largement les administrés.
  • Dans cette même veine, l’on peut également citer l’outil de consultation numérique Qucit Confort qui permet de mener des sondages urbains.

Un programme tourné vers le continent Africain

Enfin, continent dynamique et plein de promesses, Innopolis Expo a fait le choix de dédier une programmation centrée sur le continent Africain. Tandis que cette région du globe est celle qui produit le
moins de CO2 au monde, elle sera parmi les plus impactée par le réchauffement climatique. Les pays Africains ne pourront pas miser sur les énergies fossiles pour poursuivre leur développement, ils vont devoir trouver des solutions innovantes pour envisager une croissance sur le long terme. Ainsi, des solutions novatrices comme des capteurs de brouillards pour récolter l’eau en suspension et des projets de
construction immobilières durables ont pu être présentées lors du salon, pour relever les défis de demain.

Catégories
Transformation Numerique

3 questions sur l’IA pour la Gendarmerie Nationale. Interview de Monsieur Patrick Perrot, coordonnateur pour l’intelligence artificielle au sein de la Gendarmerie nationale.

Pourriez-vous nous donner un exemple d’une utilisation de l’IA en matière de sureté de l’espace public ?  

Les applications d’IA en matière de sureté de l’espace public ne manquent pas mais doivent être mise en oeuvre en connaissance et en responsabilité dans un cadre juridique maitrisé. Pour être très concret, il ne s’agit pas de s’orienter vers une société de surveillance mais bien d’établir un contrat de confiance entre les forces de sécurité et le citoyen au profit des libertés collectives et individuelles. Par exemple, les applications d’analyse prédictive de la délinquance telles que développées en Gendarmerie ont pour but d’aider le commandement dans sa prise de décision et non de décider à sa place. Ces applications offrent aussi, contrairement à ce que l’on peut entendre ou lire, transparence et explicabilité de l’action des forces de l’ordre au profit du citoyen, des élus, de l’autorité judiciaire ou administrative. La Gendarmerie nationale est très attachée à la notion de redevabilité. 

L’IA soulève à la fois enthousiasme et inquiétude, vous parlez d’une éthique à construire pour l’IA, en quoi consisterai elle et à quoi servirait elle ?  

En effet, l’IA est à la fois source d’inquiétude et d’enthousiasme parce qu’en réalité elle peut être à l’origine des maux comme des solutions. L’erreur serait de refuser les formidables perspectives positives de développement qu’elle offre au prétexte qu’il y a des risques. Ce serait laisser son utilisation à des fins malveillantes sans développer notre capacité pro active à lutter contre celles-ci. Il n’en demeure pas moins que comme toute discipline de cette importance, il est nécessaire de définir un cadre éthique qui loin de reposer sur l’idéologie doit se fonder sur la connaissance et la responsabilité pour proposer une IA de confiance. L’éthique est certes nécessaire mais pas suffisante, il faut aussi des règles déontologiques par métier et un cadre juridique qui définit les contrôles quant à l’exploitation de l’IA et les sanctions en cas d’utilisations malveillantes. 

Définir correctement ce qu’est l’IA (on entend parfois qu’elle n’existe pas)  

Définir l’IA ne semble pas chose aisée au regard des différentes définitions proposées. En fait, l’IA est un problème mathématique résolu par la physique. Il s’agit de modéliser un monde non linéaire dans un espace de grande dimension et pour cela les mathématiques n’ont pas encore apporté la solution, raison pour laquelle nous nous appuyons sur la physique, sur l’observation. L’IA permet  de définir des structures invariantes et caractéristiques au sein des données et ainsi permet d’effectuer des tâches de classification ou de regroupement, des tâches de reconnaissance ou encore de détection et de prédiction. Trop souvent résumé à une discipline informatique ou algorithmique, l’IA est mal comprise, mal interprétée et accusée de maux bien humains. Il paraît même qu’elle n’existe pas. Là encore, il s’agit d’une mauvaise interprétation, elle n’existe pas au sens du cogito de Descartes, elle n’a pas conscience d’elle-même. Mais comme la chaise sur laquelle vous êtes assis, elle existe bien matériellement, enlevez la chaise, vous vous en apercevrez….

Qui est monsieur Perrot ?  

Officier de gendarmerie, Patrick Perrot occupe la fonction de coordonnateur pour intelligence artificielle au sein de la Gendarmerie nationale. Ingénieur de formation, titulaire d’un doctorat en intelligence artificielle, il a combiné des fonctions opérationnelles et scientifiques. Il est  l’auteur de nombreuses publications et ses travaux de recherche ont trait au développement d’une IA de confiance au profit de la sécurité.

Catégories
Actualités Uncategorized

[Communiqué de presse] Innopolis Expo, le salon dédié aux innovations qui transforment nos villes et nos territoires pour préparer le monde de demain

Pour répondre aux enjeux d’aujourd’hui et préparer le monde de demain, en collaboration avec les collectivités, les institutions et les entreprises, Innopolis Expo permettra à tous les porteurs de projets de se réunir, d’échanger et de découvrir les dernières innovations territoriales. Avec plus de 70 heures de contenu et de nombreuses tables rondes, l’innovation sera au cœur du salon, aussi bien sur le plan technologique, sociétal, qu’environnemental, pour avoir une vision globale et transverse des différents défis contemporains.

Le premier salon pour créer des territoires durables, résilients, intelligents et attractifs après la crise

Afin de préparer collectivement le monde d’après et de co-construire la ville de demain, ce salon réunira, élus et collectivités locales, urbanistes, paysagistes et architectes, syndicats, associations et tiers lieux, entreprises et startups, institutions et enseignants chercheurs. Résilience, environnement, numérique ou encore liens entre citoyens et État, les défis à relever sont nombreux et tous seront mobilisés pour prendre part aux débats.

Pour cette première édition d’Innopolis Expo, 100 exposants et plus de 150 conférenciers seront présents, avec 6 programmes de conférence, 70 heures de contenu et plus de 2 500 visiteurs attendus. Ateliers, tables rondes, débats, Innopolis Expo permettra à chacun de partager son expertise et ses retours d’expériences. Lieu d’émulation et d’échange, les participants pourront ainsi s’inspirer des bonnes pratiques de la gouvernance afin de piloter leurs projets de territoires.

Toujours bouleversé par la crise sanitaire, notre quotidien reprend progressivement comme avant alors même que nous devons préparer le monde d’après. Nous devons profiter de ce moment charnière pour
réfléchir tous ensemble à la direction que nous souhaitons prendre pour un futur désirable. Collectivités, institutions, porteurs de projets, nous voulons réunir toutes les parties prenantes et profiter de cette
émulation. Tourné vers l’innovation, ce salon sera le point de départ de nombreux projets.

Lionel Leone, Directeur du Salon

Des invités prestigieux et une programmation 360

Avec la participation de Yann Arthus Bertrand, président de la fondation Goodplanet, David Belliard, adjoint à la mairie de Paris, Philippe Bihouix, directeur général de l’AREP, Philippe Clergeau, professeur au Muséum national d’Histoire naturelle et Sébastien Maire, délégué général chez France Ville Durable.

Le salon compte également de nombreux partenaires tels l’ADEME, l’association des maires ruraux de France, Villes de France, Régions de France, France Urbaine, ou encore le Cerema, afin de réunir des
collectivités et des institutions de tous horizons.

Afin de proposer une approche transversale qui prend en compte la complexité des villes et des territoires, les enjeux d’aujourd’hui et de demain seront traités autour de 6 thématiques avec des parcours dédiés.

  • Mobilité – Gestion du trafic, mobilité douce, stationnement
  • Transformation numérique – Télécommunication réseaux, IoT, infrastructures numériques
  • Transition énergétique – Énergies renouvelables, autoconsommation
  • Environnement – Qualité de l’air, respect de la biodiversité
  • Aménagement urbain – Éclairage public, mobilier urbain, végétalisation urbaine
  • Gouvernance locale – Participation citoyenne, dématérialisation

La programmation complète d’Innopolis Expo est disponible ici

L’événement s’articulera autour de cinq espaces abordant chacun des grandes thématiques de la ville de demain :

  • L’Auditorium : pour des débats sur des projets de société avec de la prospective en présentant des initiatives inspirantes et avant-gardistes.
  • Des ateliers Innopolis avec des workshops et des tables rondes axées sur des projets de territoire.
  • Le programme ville et territoire afin de donner la parole aux porteurs de projets et aux collectivités locales.
  • Le programme tiers lieu pour poursuivre les échanges avec les speakers de façon informelle.
  • Le pupitre avec de nombreux plaidoyers.

Un programme complémentaire tourné vers le continent Africain sera également proposé lors de ces deux jours. Développement durable, aménagement du territoire, la programmation complète de ce focus est disponible ici.

Afin de partager les témoignages de ses intervenants avec le plus grand nombre, les conférences de l’auditorium seront également disponibles après l’événement sur le site : https://innopolis-expo.com/.